English
 

Quoi de neuf

Homelessness in Cochrane, Ontario – Final Report

Ce rapport est disponible en anglais seulement.

Homelessness in Cochrane, Ontario – Final Report


Rapport sur le sans-abrisme à Sudbury : taux de prévalence au cours d’une période donnée

Ce rapport est disponible en anglais seulement.

PPC 2015 Sudbury REPORT CGS July 2015


FORUM DE LE SANS-ABRISME À COCHRANE


Affichage d’emploi

Cliquez ici pour télécharger la version pdf


Conference Programme

Clickez ici pour télécharger le programme pour notre troisième conférence. La conférence est ouverte au public samedi et dimanche.


LE FORMULAIRE D’INSCRIPTION POUR LA TROISIÈME CONFÉRENCE EST DISPONIBLE.

Cliquez ici pour télécharger le formulaire


NOTER LA DATE – 21-23 novembre 2014 à Sudbury ON

Ce message est pour vous signaler l’approche de la conférence.

Lieu de la conférence :

Willet Green Miller Centre
L’Université Laurentienne
935 Ramsey Lake Road
Sudbury, ON P3E 2C6
Téléphone : 705-675-1151 ext. 5156
Télécopie: 705-671-3832
sansabri@laurentienne.ca

Thank you/Merci/Miigwetch


Présentation à la réunion annuelle Conseil de planification social du district de Cochrane, Timmins

Les professeurs Carol Kauppi et Henri Pallard présentent les derniers résultats de Pauvreté, sans-abrisme et migration sur les familles sans abri à Timmins. La présentation aura lieu à la réunion annuelle du Conseil de planification social du district de Cochrane, le 30 septembre 2014 de 13 h à 16 h au Centre communautaire McIntyre, Timmins.

Cliquez ici pour accéder à une brève description du projet.


Présentation du film Vivre par volonté à la bibliothèque publique du Grand Sudbury

Veuillez nous joindre ce mercredi soir 21 mai, à 18 :30 pm, à la bibliothèque publique principale, située à 74 sur la rue Mackenzie, en face de l’école secondaire Sudbury Secondary. Le projet Pauvreté Sans-Abrisme et Migration vous invite à nous joindre pour le lauréat du meilleur court métrage documentaire intititulé Vivre par volonté. Ce documentaire d’une demi-heure explore la vie de George Stephen, un homme autochtone, qui a lutté contre le sans-abime pendant vingt ans.


10 avril 2014 : Sans-abrisme, traumatisme et les guérisons fondées sur l’art

Par Rose Hanlon

Présentation

Les personnes sans-abri ont souvent des expériences de traumatisme différentes de celles retrouvées dans la population générale en termes de types, de sévérité, du nombre, et d’effets cumulatifs. Pourtant, il y a très peu de recherche sur ce problème où les sujets sont des personnes sans-abri ou auparavant sans-abri, habitant les communautés rurales ou isolées du nord de ‘Ontario. D’ailleurs, il existe une bonne documentation sur l’engagement dans l’art ou dans l’artisanat comme moyen d’expression efficace et comme méthode de communication quand ils sont utilisés par des personnes traumatisées ou ayant des problèmes de santé mentale; toutefois, il y a très peu de travaux publiés sur l’art comme un outil de guérison pour ceux qui sont sans-abri et anciennement sans-abris. Cette thèse utilise une approche narrative avec deux hommes auparavant sans-abri. Ils racontent leurs histoires de traumatisme, décrivent et illustrent les approches fondées sur l’art pour confronter leurs expériences traumatisantes. Dans leur narratifs, les participants ont démontré leur résilience et ont révélé l’efficacité des diverses formes d’art et d’artisanat comme méthodes de guérison. Leurs descriptions d’expériences traumatisantes alors qu’ils étaient sans-abri, combinée à leurs explications sur leur initiation aux arts et à l’artisanat, ont également révélé des influences individuelles et culturelles sur leur travail artistique. Cette thèse décrit les avantages que les participants retirent de leur engagement avec l’art et l’artisanat. En promouvant l’utilité des méthodes de guérison fondées sur l’art aux personnes qui étaient sans-abri par le passé et exposées à des événements traumatiques, les communautés pourront améliorer les programmes et services en réponse aux révélations de douleurs souffrances émotionnelle, physique, psychologique et spirituelle.


6 mars 2014: Les expériences de lutte contre le sans-abrisme sont-elles une forme de violence contre les femmes selon le sexe? Une approche féministe structurale à la théorie ancrée

Par Rosemary Muzorewa

Présentation

Comprendre le sans-abrisme dans la population des femmes d’âge moyen est d’une importance primordiale puisque les femmes deviennet de plus vulnérables en raison de l’affaiblissement du filet de sécurité sociale. On doit examiner les dispositions sociales qui forment leurs expériences de sans-abrisme.

Peu d’études ont situé les expériences vécues par les femmes sans-abris à partir d’une perspective qui met l’accent sur les structures sociales variées de domination. En utilisant une approche féministe structurale, cette étude théorique ancrée veut découvrir le sens que donnent les femmes du nord de l’Ontario à leurs expériences de sans-abrisme, et à leurs perceptions des réactions de la société à leurs expériences. Cette thèse se fond sur 11 transcriptions de multiples entrevues en profondeur avec quatre participantes. Les participantes étaient des femmes à faibles revenus, de 53 et 56 ans, provenant de divers milieux socio-culturels. L’analyse des données a utilisée une approche inductive en passant par des observations spécifiques et étroites à des concepts plus élaborés, afin d’explorer les expériences du sans-abrisme par des femmes, en mettant l’accent sur des problèmes axés sur la justice sociale. Selon les résultats de l’étude, la violence contre les femmes sans-abris se situe à des niveaux multidimensionnels et comprend des aspects personnels, interpersonnels et systémiques. Mais la violence systémique est la plus répandue. Celle-ci englobe un manque de logements abordables, le chômage, un filet de sécurité affaibli, un système de justice injuste, des pratiques discriminatoires des fournisseurs de services et, finalement, un accès limité aux soins de santé et à l’éducation poste- secondaire. Cette thèse se veut un agent de transformation sociale positive dans l’élaboration de politiques sociales viables qui traitent du problème du sans-abrisme chez les femmes à faible revenu.


4 février 2014 : Les relations entre les sans-abri, la violence et les traumatismes: Expériences de femmes vivant dans le nord de l’Ontario

Par Darlene Bennett

Présentation

Dans le nord de l’Ontario, divers facteurs telles que la géographie et l’économie influent sur les expériences et sur les besoins des femmes sans-abri. Cette thèse a exploré diverses formes d’abus et ses effets post-traumatiques chez les femmes. Cette étude qualitative a utilisé un échantillon de cinq femmes, âgées de 53 à 58 ans, qui avaient tous déjà été sans-abris et qui étaient à risque de le devenir au moment de l’étude. Un total de 16 entrevues auprès de ces cinq femmes ont été analysées. Selon les résultats, toutes les participantes avaient subi des formes de violence commençant dans leur enfance et continuant dans leur vie d’adultes. En outre, les effets traumatisants associés à leur abus ont entraîné à long terme des conséquences néfastes d’ordre psychologique, physiologique et émotionnel, conduisant à de mauvaises conditions sociales, y compris le sans-abrisme. Les femmes ont parlé de problèmes liés aux programmes et services situés dans cette zone géographique. Comprendre leur vécu peut nous aider à déterminer les types d’interventions requises pour effectuer un changement social positif pour cette population. Cette méthode de recherche est pertinente pour la pratique du travail social, car elle offre aux gens marginalisés l’opportunité de répondre à leurs luttes personnelles à s’engager dans un mouvement social.


4 décembre 2013 : La sécurité culturelle: Travailler avec les peuples autochtones

Par Erin Vinkle

Présentation

Le service social s’intéresse de plus en plus à l’importance de fournir des services culturellement sécuritaires, avec sensibilité et de façon appropriée pour les populations autochtones. Il est impératif de porter attention au besoin urgent d’interventionCependant, il se peut que les praticiens traditionnels en service social sentent qu’ils ne maîtrisent pas assez les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour fournir des services culturellement adaptés aux Autochtones.

Dans ce projet de stage avancé, je développe et propose un cadre qui peut être utilisé pour travailler avec cette population.S’inspirant des principes de méthodologies de décolonisation, le cadre a été spécialement conçu pour les praticiens et le personnel non autochtone qui travaillent pour l’Association canadienne pour la santé mentale Sudbury/Manitoulin (ACSM). Le projet a été mené pour améliorer les services offerts par l’Association aux Autochtones. Le cadre de cette étude a été élaboré et évalué dans le but de d’améliorer la base de connaissance des travailleurs sociaux non autochtones afin de mieux répondre aux besoins des clients et des communautés autochtones dans cette région du nord de l’Ontario.

Le projet de stage a été mené en quatre étapes: (1) des discussions avec le personnel non- autochtone de l’ACSM , et (2) des discussions avec des partenaires communautaires autochtones; (3) le développement d’un plan culturellement satisfaisant pour les services de l’ACSM portant sur le travail avec les peuples autochtones, et finalement (4) la présentation du cadre du projet à un aîné autochtone pour sa critique et la révision du plan. Le cadre élaboré dans ce stage vise à combler une lacune dans le travail social traditionnel en ce qui concerne l’acceptation et l’importance accordée à l’apprentissage à partir de perspectives et de visions du monde autochtones. Offrir aux travailleurs sociaux traditionnels non autochtones une formation culturellement sécuritaire et appropriée peut contribuer à l’amélioration de leurs relations avec les Autochtones.


4 décembre 2013 : Le sans-abrisme et les retranchements dans la politique sociale : la perspective autochtone

Par Marc Bedard

Présentation

Le sans-abrisme et la migrations sont des phénomènes sociaux qui sont mal compris et, malgré ceci, continuellement à la hausse. Dans le nord de l’Ontario, les Autochones vivent le sans-abrisme aussi bien sur leurs territoires qu’à l’extérieur. Cette thèse examine les problèmes relatifs aux politiques liés au logement, lesquelles sont présentées comme des solutions aux circonstances de la vie liées à l’habitat insalubre et au sans-abrisme. Le sans-abrisme étant à la hausse, il est primordial de mettre en place un examen des politiques existantes et de leurs impacts sur les populations autochtones sans-abri dans le nord de l’Ontario. Cette thèse portait sur un cas unique et son analyse narrative basée sur des entrevues vidéo réalisées avec un homme cri ayant vécu une vaste expérience du sans-abrisme. Utilisant une combinaison d’analyse thématique, dialogique etd’incident critique et d’analyse dialogique, cette thèse a découvert quelques-relations entre l’expérience vécue du participant au cours de ses 20 années sur la rue, et les soutiens structurels et sociaux souvent inadéquats, y compris les programmes de logement. Selon les résultats présentés, même si le sans-abrisme était l’objectif principal de l’étude, il n’estpas le problème prédominant identifié dans le contenu de la thématique. En effet, les problèmes relatifs à la santé mentale et à la culture étaient les thèmes centraux et qui ont reçu le plus d’attention au sein de la narration du participant. La recherche suggère aussi que les grands problèmes historiques, y compris l’héritage transgénérationnel de la colonisation et de l’oppression structurelle actuelle, sont des éléments importants peuvant renforcer la persistance du sans-abrisme pour les gens des Premières nations. Cette thèse conclut que des traits inhérents aux politiques fédérale et provinciales liées au logement public les empêchent de répondre correctement aux besoins holistiques des peuples autochtones.


14 août 2013 : Conférences midi

L’utilisation de photovoice comme méthode de collecte pour explorer les conditions de logement des communautés Cries et de Sudbury

Par Henri Pallard, Doct. Associé directeur, PHM et Professeur, Département de Droit et Justice, Université Laurentienne

Présentation

Cette présentation compare les conditions de vie et de logement à Sudbury et au sein de deux communautés de Premières Nations – Constance Lake et Fort Albany. Constance Lake se situe dans le Nord-Est de l’Ontario sur l’autoroute Transcanadienne. Fort Albany longe les basses terres de la rive de la Baie-James, à l’intérieur d’un climat subarctique, et est accessible principalement par aviation ou par les routes glaciales l’hiver. Dans les trois communautés étudiées, nous avons remis des appareils photo aux personnes sans-abri ou à logement précaire afin qu’elles nous racontent leurs expériences de vie. Chaque photo présente sa propre histoire au sujet du sans-abrisme caché, de l’itinérance, du surpeuplement et de nombreux autres problèmes de logement. Lors d’entrevues enregistrées, les participants présentent les idées qui ont lieu derrière les images, ce qui permet la comparaison des diverses significations du sans-abrisme ou du logement précaire. Les photos et les entrevues ont été comparées pour permettre l’exploration des similitudes concernant les problèmes liés au logement ; huit thèmes en sont ressortis. Les résultats préliminaires montrent que les mêmes problèmes de logement affectent les personnes des communautés des Premières Nations, tout comme celles qui vivent dans l’extrême pauvreté à Sudbury. Cet exposé présente une vue d’ensemble des huit thèmes liés au logement. Il souligne aussi les avantages de la méthode de collecte de photovoice, un outil de lutte pour la justice sociale capable de révéler les aspects cachés et problématiques du logement. Nous planifions tourner une exposition dans le Nord de l’Ontario qui aura pour but de sensibiliser les gens aux conditions de vie des plus démunies et des sans-abri et pour inciter le changement social.

Cliquez ce lien pour voir l’invitation de la présentation L’utilisation de photovoice comme méthode de collecte pour explorer les conditions de logement des communautés Cries et de Sudbury.


11 juillet 2013 : PSAM est à Cochrane pour une enquête sur la prévalence ponctuelle ou le dénombrement des sans-abri dans la région


3 juillet 2013 : Conférences midi

Vieillir à la maison : Convergence des politiques de logement et de santé

Par Arshi Shaikh, M.S.S., T.S.I., Ph.D.

Présentation

Le vieillissement de la population est l’une des tendances mondiales les plus importantes du 21e siècle. Les personnes âgées représentent le groupe d’âge qui croît le plus au Canada et cette tendance pourrait se poursuivre au cours des prochaines décennies. L’accélération du vieillissement de la population est particulièrement importante en Ontario où les personnes âgées composent environ 15 % de la population totale. On estime que ce nombre doublera au cours des deux prochaines décennies en raison de l’augmentation de l’espérance de vie, la baisse des taux de natalité et le vieillissement des baby-boomers. Malgré le fait que la santé personnelle se détériore avec l’âge et que le fonctionnement quotidien peut en être affecté, de nombreuses personnes âgées préfèrent rester à la maison au lieu de déménager dans des foyers de soins de longue durée ou dans des résidences pour personnes âgées.
Cet exposé met l’accent sur la convergence des politiques de santé et de logement et illustre les processus impliqués dans la mise en place des logements supervisés pour les personnes âgées à Iroquois Falls, une petite communauté rurale située dans la région du nord-est de l’Ontario.

Cliquez ce lien pour voir l’invitation de la présentation Vieillir à la maison : Convergence des politiques de logement et de santé.

Cliquez ce lien pour voir la présentation PowerPoint (en anglais seulement) Vieillir à la maison : Convergence des politiques de logement et de santé.


12 juin 2013 : Conférences midi

Une analyse du film documentaire The Will to Live et l’élaboration d’un guide de l’animateur

Par Frankie Misner

Présentation

Dans cet exposé, Frankie Misner nous préssente les résultats de son analyse du film documentaire The Will to Live créé en 2012-2013 par Pauvreté, sans-abrisme et migration (PSAM). Ce documentaire porte sur l’histoire d’un homme cri de Kasheche-wan et sur ses expériences avec le sans-abrisme. L’analyse du documentaire a mené à la création d’un guide de l’anima¬teur qui sera utilisé lors de la projection de la vidéo à des groupes. La roue de médecine crie avec ses quatre plans forme le cadre théorique autochtone pour le guide de l’animateur. Dans cet outil d’accompagnement, nous retrouvons aussi des questions pour aider les individus dans leur réflexion sur le film et pour animer des groupes de discussion. La création d’un guide de l’animateur met l’accent sur l’éducation, permet un d’apprentissage continu et sensibilise le public aux conditions de vie des personnes sans-abri.

Cliquez ce lien pour voir l’invitation de la présentation Une analyse du film documentaire The Will to Live et l’élaboration d’un guide de l’animateur.

Cliquez ce lien pour voir la présentation PowerPoint (en anglais seulement) Une analyse du film documentaire The Will to Live et l’élaboration d’un guide de l’animateur.


Le 17 avril : PSAM à Hearst, avec nos partenaires communautaires

LE SANS-ABRISME À HEARST

ÉTUDE DE LA PREVALENCE

ET DE LA NATURE DU SANS-ABRISME

L’Université de Hearst et Pauvreté, sans-abrisme et migration organisent un forum sur la prévalence et la nature du sans-abrisme à Hearst. Des membres de l’équipe de recherche dirigée par Dre Carol KAUPPI, professeure en service social à l’Université Laurentienne, ont présenté les résultats d’une étude menée à Hearst en 2011.

OBJET DU FORUM

• Présenter à la communauté les résultats obtenus.

• Solliciter des commentaires de la communauté sur les résultats.

• Passer en revue les recommandations.

• Solliciter la communauté sur d’autres stratégies pour améliorer les réponses communautaires sur le sans-abrisme.

SOYEZ DES NÔTRES

Date : Le mercredi 17 avril 2013

Heure : 9 h 30 à 12 h

Lieu : Gymnase de l’Université de Hearst, 60, 9e Rue, Hearst

Pour de plus amples renseignements, veuillez svp communiquer avec

Lyne Poliquin à lyne_poliquin@uhearst.ca Micheline Lemieux à aclmimi3034@gmail.com

Tél. 705-372-1207

Toutes et tous sont les bienvenu-e-s à cet évène-ment gratuit. Si possible, confirmez votre présence.

Clicquez ici pour voir l’invitation.


Wawatay talks about PHM

Chers visiteurs,

Vous trouverez ci-dessous deux hyperliens pour deux articles du Wawatay qui décrivent notre voyage dans la région du James Bay. Le premier article souligne les intentions de ce voyage, alors que le second fait une mise à jour de nos rencontres.

1) http://wawataynews.ca/archive/all/2013/2/28/james-bay-homelessness-project-display_24173

2) http://wawataynews.ca/archive/all/2013/3/21/spring-break-project-coming-james-bay_24285

Nous tenons à remercier les nombreuses personnes qui nous ont accueillis lors de notre séjour. C’était une vraie belle aventure, remplie d’apprentissages et de partages.


HIGHWAY TO THE NORTH

Cree Narratives of Homelessness

Un documentaire vidéo exposant la réalité du sans-abrisme et les circonstances vécues de pauvreté

Cette présentation gratuite de Cree Narratives comporte un documentaire vidéo et plusieurs courts-métrages. Ce documentaire d’une demi-heure explore la vie de George Stephen qui a lutté contre le sans-abime pendant vingt ans. Des personnes cris vivants à Sudbury et Moosonee, Ontario, ont créé ces courts-métrages pour partager avec nous leurs expériences de vie. Ces histoires portent sur la complexité des luttes avec le sans-abrisme et la pauvreté parmi une population Cri dans le nord de l’Ontario.

L’équipe de Pauvreté, sans-abrisme et migration, George Stephen, et des individus cris figurants dans les films répondront aux questions de l’auditoire après la présentation.

Le site web de Pauvreté, sans-abrisme et migration a été lancé pendant cet événement.

Date : le 5 décembre 2012

Heure : 18 h

Lieu : Rainbow Cinemas, 40, rue Elm, Sudbury

Des rafraîchissements et collations seront servis.

Tous et toutes sont les bienvenus à cet évènement gratuit.

Pour des renseignements supplémentaires, s’il vous plaît, communiquez avec :

Suzanne Lemieux

Pauvreté, sans-abrisme et migration

Université Laurentienne, Sudbury (Ontario)

sansabri@laurentienne.ca

705.675.1151, poste 5155


« Lauréat du Meilleur court métrage documentaire »

- Winnipeg Aboriginal Film Festival (WAFF)

Will to Live: George Stephen On and Off the Street

Un documentaire exposant la réalité du sans-abrisme

Ce vidéo d’une demi-heure met en valeur l’histoire de George Stephen, un homme autochtone, qui a été sans-abri pendant vingt ans. Le film explore le parcours de George, comment il s’est retrouvé dans la rue, comment il en est sorti, comment il interagit avec d’autres personnes dans la rue et des fournisseurs de services. Son histoire traduit les questions complexes touchant la pauvreté, l’itinérance et la migration, de la population crie de la baie James et à Sudbury, Ontario.


Au cours de l’été 2012, PSAM a travaillé avec nos partenaires communautaires à Moosonee, notamment le Moosonee Native Friendship Centre. Nous avons mené une enquête auprès de la communauté afin de recueillir des informations sur les formes d’itinérance et de pauvreté, ainsi que sur les conditions de vie et la migration. Nous avons embauché et formé une équipe locale de 12 assistant(e)s de recherche. Une équipe de l’Université Laurentienne s’est aussi déplacée à Moosonee pour faciliter la collecte de données. Notre coordonnateur de recherche communautaire, Wayne Neegan, a animé des ateliers de narration numérique et de photovoice.

PSAM a organisé un forum communautaire à Moosonee qui a eu lieu au cours de la troisième semaine de février 2013. Nous avons présenté les résultats de notre recherche et avons associé la communauté à la formulation de recommandations pour lutter contre la pauvreté et le sans-abrisme à Moosonee.


Université Laurentienne

Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l'Ontario

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Cette présentation a été faite dans le cadre de nos Conférences midi qui ont lieu le deuxième mercredi de chaque mois pour nos partenaires communautaires et nos partenaires de recherche, ainsi que pour les membres de la communauté en général. Nous tenons à remercier les personnes qui ont participé à cet exposé.