English
Facebook

Nathan Basiliko

Nathan Basiliko

Titulaire d’une CRC (volet 2) en microbiologie environnementale

Centre pour la vitalité des lacs, Université Laurentienne

935, chemin du lac Ramsey

Sudbury ON P3E 2C6

NBasiliko@laurentienne.ca

705-675-1151, poste 4150

Télécopieur : 705-671-3857


Aperçu des travaux:
écologie microbienne et biogéochimie des milieux humides et des écosystèmes forestiers du nord; science des sols; changement climatique et environnemental; gestion des ressources naturelles et restauration des écosystèmes

Bien que leurs rôles dans les écosystèmes soient encore mal caractérisés, les microorganismes du sol y jouent des rôles vitaux et, en examinant le rôle des microbes dans les zones humides et la biogéochimie forestière, je me penche surtout sur les réactions microbiennes aux changements environnementaux induits par l’homme et qui ont des conséquences pour les flux de gaz à effet de serre, la dynamique des nutriments, des polluants et du carbone, ainsi que pour la durabilité plus large de l’écosystème. La plupart de mes projets de recherche actuels se déroulent en milieux d’application (par exemple, des forêts aménagées) avec le concours d’importants partenaires issus des secteurs privé et public. Par ailleurs, je souhaite explorer également les témoins plus généraux de la diversité microbienne dans les sols, les liens entre la diversité et l’activité de même que la façon dont les différentes communautés microbiennes du sol transforment les tissus végétaux en matière organique du sol, puis décomposent la matière organique en produits minéraux, y compris les gaz à effet de serre. Les sites de recherche sur le terrain couvrent les forêts tempérées du Nord (les forêts des Grands Lacs du Saint-Laurent) et les forêts boréales de l’Est et du Centre du Canada ainsi que les tourbières (zones humides avec sols organiques et important bassin mondial de carbone) tant au Canada qu’aux États-Unis.
N’hésitez pas à communiquer avec moi par voie électronique si vous voulez en savoir plus sur les possibilités de recherche au niveau du doctorat, de la maîtrise et du baccalauréat.

Étudiants actuels (à l’Université Laurentienne et à l’Université de Toronto)
•Michael Carson (candidat au doctorat, Université Laurentienne)
•Jessica Arteaga (candidat au doctorat, Université Laurentienne)
•Jesse Hoage (maîtrise, Université Laurentienne)
•Kurt Yakimovich (maîtrise, Université Laurentienne); co-directeur, N. Mykytczuk)
•Shanay Williams-Johnson (maîtrise, Université Laurentienne); co-directeur, N. Mykytczuk)
•Bryce Robinson (premier cycle, Université Laurentienne)
•Jason Shabaga (candidat au doctorat, Université de Toronto)
•Genevieve Noyce (candidat au doctorat, Université de Toronto; co-directeur, R. Fulthorpe)

Anciens étudiants (à l’Université Laurentienne et à l’Université de Toronto)
•Carolyn Winsborough (PhD 2015)
•Galen Guo (MSc 2015)
•Adam Gorgolewski MSc-F 2015)
•Gurpreet Aulakh (undergraduate 2015)
•Jennifer Pichette (undergraduate 2015)
•Emily Smenderovac (MSc-F 2012-2014)
•Michael Preston (PhD, 2009-2013)
•Michael McTavish (premier cycle, 2010-2012)
•Stephanie Pugliese (premier cycle, 2011-2012)
•Darcie McNeill (premier cycle, 2011-2012)
•Tara Sackett (PPD, 2010-2012)
•Varun Gupta (MSc, 2009-2011; premier cycle, 2007-2009)
•Aaron Godin (premier cycle, 2009-2010)
•Kristine Haynes (premier cycle, 2009-2010)
•Phil Rudz (premier cycle, 2009-2010)
•Cori Armés (MSc, 2007-2009)
•Britney Myers (premier cycle, 2007-2009)
•Natalia Voloshchuk (premier cycle, 2008-2009)
•Carolyn Winsborough (premier cycle, 2008)

Formation et expérience professionnelle:
•Professeur agrégé et titulaire d’une chaire de recherche du Canada (2013-présent), Université Laurentienne
•Professeur agrégé (2012-2013), Université de Toronto (campus de Mississauga), Département de géographie
•Professeur adjoint (2006-2012), Université de Toronto (campus de Mississauga), Département de géographie
•Chercheur invité (2006, bourse de voyage de la Société royale anglaise) à l’Université de Warwick, Coventry (Royaume-Uni), au Département des sciences biologiques (prof. Colin Murrell, superviseur/hôte)
•Boursier postdoctoral (2004-2006), sciences forestières, Université de la Colombie-Britannique (prof. S. J. Grayston, superviseur)
•Ph.D. (2005), Université McGill, Montréal (Québec), Canada. Département de géographie (prof. T. R. Moore, superviseur)
•Étudiant boursier postdoctoral (2003) de l’Office allemand des échanges universitaires (DAAD) à l’Institut Max-Planck de microbiologie terrestre, à Marburg, Allemagne (prof. Peter Dunfield, superviseur)
•B.S. (1999), Université Cornell, Ithaca, États-Unis, concentration en ressources naturelles (prof. J. B. Yavitt, superviseur)

Publications (Google Scholar) http://scholar.google.ca/citations?user=ed1fimwAAAAJ

Projets de recherche actuellement financés
Le rôle fonctionnel de la diversité microbienne dans les écosystèmes terrestres.
Ce vaste projet, financé par une Subvention de découverte du CRSNG et le Programme des chaires de recherche du Canada, a été entrepris à l’appui des travaux de recherche dans les tourbières canadiennes et les écosystèmes forestiers. Parmi les principaux collaborateurs figurent Kurt Smemo (Holden Arboretum), Joe Yavitt (Université Cornell), Tim Moore (Université McGill), Jim McLaughlin (Institut de recherche forestière de l’Ontario), Brian Branfireun (Université Western), Nadia Mykytczuk, Graeme Spiers, Peter Beckett, et Daniel Campbell (Université Laurentienne) (2013-2018).

Études fondamentales du séchage et de la combustion et des cendres de la biomasse, ainsi que des impacts sur les activités de chaudière et de pâtes et papiers.
Ce projet que dirige Honghi Tran (professeur au Département de génie chimique et de chimie appliquée de l’Université de Toronto), et auquel s’associent 8 professeurs (Université de Toronto, Université Western) et moi-même à titre de responsable des essais d’utilisation de la cendre de bois (« déchets » de chaudières à biomasse) comme engrais forestiers. Il s’agit d’une collaboration directe avec Trevor Jones (ministère des Ressources naturelles de l’Ontario), Paul Hazlett (Service canadien des forêts), John Caspersen (Université de Toronto), Emma Horrigan (U-Links et l’Université de Toronto) et nos partenaires de l’industrie forestière et des pâtes et papiers. Les sites d’étude sont à la réserve forestière et faunique de Haliburton au Centre de l’Ontario (forêt des Grands Lacs du Saint-Laurent gérée par sélection) et la forêt boréale – jeune plantation) situé près de Chapleau en Ontario. Le projet est financé par une importante subvention octroyée par le CRSNG dans le cadre de son Programme de recherche et développement en coopération et un consortium d’entreprises canadiennes et internationales liées aux secteurs de la forêt (2012-2016).

Une évaluation multitrophique intégrée de l’impact de la récolte de la biomasse sur la durabilité des forêts.
Ce projet que mène Christian Messier (chercheur principal), T. Work (UQAM, sciences biologiques), Dominique Gravel (UQAR, biologie), Isabelle Aubin, Kara Webster (Service canadien des forêts) et moi-même, et auquel collaborent d’autres scientifiques issus du Service canadien des forêts (Paul Hazlett et Rob Flemming) et du ministère des Richesses naturelles de l’Ontario (Dave Morris), explore les conséquences écologiques de l’extraction de la biomasse excédentaire (pour produire des matières premières bioénergétiques supplémentaires) lors de la récolte forestière. Le rôle de mon groupe consiste à étudier principalement la diversité microbienne et le fonctionnement des sols et des débris ligneux grossiers. Les sites d’étude vont des plantations, jeunes et d’âge moyen, à la vieille croissance de la forêt boréale près de Chapleau, en Ontario. Le projet est financé par une subvention octroyée par le CRSNG dans le cadre de son Programme de recherche et développement en coopération, Ontario Power Generation et Tembec Inc. (2012-2015).

Les récoltes de biomasse dans les forêts boréales : minimisation des impacts environnementaux et maximisation des avantages.
Ce projet est mené par Han Chen (chercheur principal), Jian Wang, Chander Shahi, Amanda Diochon (Université Lakehead), Sean Thomas (Université de Toronto) et moi-même. Les principaux collaborateurs sont Résolute Forest Products, Rongzhou Man et Gordon Kayahara (ministère des Richesses naturelles de l’Ontario) et Anthony Taylor (Service canadien des forêts). S’appuyant sur les chronoséquences des récoltes d’arbres entiers et par troncs entiers, ce projet explore sur le terrain, à savoir des sites situés au nord-ouest de Thunder Bay, en Ontario, les questions de l’extraction intensifiée de la biomasse forestière. Le projet est financé par une subvention stratégique du CRSNG (2012-2016).

Le biocharbon comme amendement du sol dans les forêts du nord : les compromis écologiques, biogéochimiques et bioénergétiques.
Ce projet est mené par Sean Thomas (chercheur principal), Sandy Smith, John Caspersen (Université de Toronto, Département de foresterie), Myrna Simpson (Université de Toronto, Département des sciences physiques et environnementales à Scarborough) et moi-même. Les principaux collaborateurs sont Trevor Jones (Institut de recherche forestière de l’Ontario) et Haliburton Forest and Wildlife Reserve Ltd. Le rôle de mon groupe consiste à voir comment les ajouts de biocharbon modifient les communautés microbiennes du sol et le cycle des éléments nutritifs. Le projet est financé par une subvention stratégique du CRSNG (2011-2015).