English
Facebook

Michelle Gillespie, M.Sc.

Michelle Gillespie, M.Sc.

Gestionnaire de laboratoire

Centre pour la vitalité des lacs, Université Laurentienne

935, chemin du lac Ramsey

Sudbury ON  P3E 2C6

mx_gillespie@laurentienne.ca

705-675-1151, poste 2209

Télécopieur : 705-671-3857


Originaire de Sault Ste. Marie (Ontario), j’ai préparé à l’Université Laurentienne un baccalauréat ès sciences spécialisé en biologie (écologie de la conservation et du rétablissement). Depuis trois ans, j’apporte une contribution à l’Unité conjointe d’écologie d’eau douce, d’abord à titre d’étudiante et ensuite, d’employée. Mon penchant pour les activités en plein air et mes expériences pédagogiques à la Laurentienne ont éveillé mon intérêt pour le domaine de l’écologie d’eau douce.

Thèse

« Effect of Experimental Thermocline Deepening of a Small Boreal Lake on Fish Community Dynamics and Trophic Ecology »

Dans mes recherches, j’examine les variations de l’écologie des poissons et de la dynamique du réseau trophique qui pourraient être liées aux futurs changements climatiques. On prévoit que, au fur et à mesure que la température de l’air augmente, celle des lacs augmentera en conséquence et pourrait modifier leur structure thermique. Dans mes recherches, je me sers d’une approche de manipulation de lac entier afin de vérifier la réponse biologique éventuelle de la communauté de poissons à la suite d’une augmentation de température du lac et d’une perturbation de la profondeur de la thermocline. À l’aide d’un mélangeur de lacs à réservoirs, on augmente artificiellement la profondeur de la thermocline d’un bassin dans un petit (19 ha) lac à trois bassins (lac Croche, Québec). Après l’installation du mélangeur de lacs, la profondeur de la thermocline est fixée à 4, 6 et 8 m sur les trois bassins pendant la période d’été. Mon but est de montrer comment la modification de la stratification thermique et de la température des lacs peut avoir des retombées sur les habitats thermiques et la structure du réseau alimentaire dont disposent les poissons boréaux. En surveillant pendant deux étés l’abondance de la population et le réseau alimentaire à l’aide de rapports isotopiques stables de carbone (δ13C) et de nitrogène (δ15N) où la thermocline est devenue plus profonde et a été suivie d’un été de stratification naturelle, je suis en mesure d’évaluer tant la perturbation que le rétablissement. Ces résultats contribueront à une meilleure compréhension de la façon dont les organismes aquatiques réagiront aux futurs événements climatiques.

Prix et bourses

Bourse de l’Association de protection du gibier et du poisson de Sudbury (2012)

Bourse du MPO pour la gestion et le rétablissement de l’habitat (2012)

Bourse Clemens-Rigler pour les déplacements, Conférence canadienne de recherche sur les pêches (2012)